logo de vin social club

Pour une meilleure expérience de navigation sur vinsocialclub.fr, veuillez actualiser la version de votre navigateur.

http://www.microsoft.com/fr-fr/download/internet-explorer.aspx

Le vignoble bordelais

image du profil utilisateur

Par: Vin Social Club

date de publication: jeudi 24 Oct 2013

image générique

Le vignoble bordelais,  certainement la région viticole la plus connue dans le monde.
La région bordelaise est idéalement située sur le 45ème parallèle Nord, à mi-chemin entre le Pôle et l’Équateur. Elle profite d’un climat océanique tempéré.
C’est dans le Sud-Ouest de la France, dans la région Aquitaine, que se situe le plus vaste de nos départements : la Gironde.

10 725 km² dont 117 200 hectares dédiés au vin de Bordeaux, chouchoutés par 9 820 viticulteurs qui produisent environ 6 millions d’hectolitres par an. L'appellation recouvre 505 communes sur les 542 que compte le département. Les rendements peuvent être très différents : de 25 hl/ha dans le Sauternes à 65 hl/ha pour certaines Côtes-de-Bourg. Le vignoble bordelais compte 63 appellations différentes (AOC) grâce à une situation géographique exceptionnelle, deux fleuves, la Gironde et la Garonne, sans compter l’Océan Atlantique à proximité.

La région bordelaise se divise en quatre grandes zones viticoles grâce à la grande variété de ses sols :

Les terrains à graves : Sur la rive gauche de la Garonne et de la Gironde, protégés par l’immense forêt de pins des Landes. Terrains caillouteux; quartz, quartzites ocres, blancs rouges, agatoïdes , silex, etc. qui réfléchissent la lumière. Quelques AOC : Listrac, Saint-Estèphe, Pauillac, Saint-Julien, Margaux, Moulis, Barsac, Sauternes.

L’Entre-Deux-Mers : Vaste région comprise entre la Garonne et la Dordogne. Le nom de l’appellation « Entre-Deux-Mers » ne correspond pas totalement à la région. C’est un plateau graveleux au Nord-Ouest, des limons au centre, des alluvions le long des rives des fleuves, ailleurs un mélange de calcaire, d’argile et de silice.
Entre-Deux-Mers, Premières-Côtes de Bordeaux, Cadillac, Loupiac, Sainte-Croix-du-Mont, Sainte-Foy-Bordeaux, Côtes-de-Bordeaux-Saint-Macaire, Graves-de-Vayres.

Le Libournais : Terroir unique par sa variété de terrains, situés entre la Dordogne et la rivière l’Isle. Cette zone à dominante argilo-calcaire, parfois sablo-graveleux ou sablo-argileux, donne des vins de garde, généreux, corsés avec une belle couleur sombre.
Bordeaux-Côtes-de-Francs, Bordeaux-Côtes-de-Castillon, Pomerol, Lalande-de-Pomerol, Néac, Saint-Émilion, Montagne-Saint-Émilion, Saint-Georges-Saint-Émilion, Lussac-Saint-Émilion, Puisseguin-Saint-Émilion, Parsac-Saint-Émilion, Bordeaux-Côtes-de-Franc, Bordeaux-Côtes-de-Castillon et un peu à part le Fronsac et le Canon-Fronsac.

Le Bourgeais-Blayais : Peut-être la plus ancienne région viticole (les Romains y produisaient du vin avant J-C), sur la rive droite de la Dordogne et de la Gironde. Climat tempéré par l’estuaire de la Gironde. Sols variés, alluvions, calcaire sur les coteaux, sédiments argilo-calcaires, riches en fer sur les collines. Des vins blancs doux, des rouges corsés et puissants à boire rapidement.
Bourg, Côtes-de-Bourg, Côtes-de-Blaye, Blaye.

Les cépages en Bordelais

6 rouges, 8 blancs (autorisés par décret)

Les vins de Bordeaux sont des vins d’assemblage, ce qui leur donne cette palette infinie de couleurs et ce festival aromatique unique.



Les cépages rouges (ou noirs) :

- Le merlot : 50 % à 60 % de l’encépagement rouge, s’adapte bien à toutes sortes de terrains, mûrit rapidement. Il donne des vins souples à fort bouquet fruité. Saint-Émilion, Pomerol.

- Le cabernet-sauvignon : Idéal sur les terrains graveleux, très présent dans le Médoc (50 % de l'encépagement). Il représente 65 % des surfaces à Pauillac et à Saint Julien. Cépage tardif, difficile à adapter sur certains sols. Donne des vins tanniques, souvent de garde.

- Le cabernet-franc : 13 % de l’encépagement total, très présent dans le Libournais et le Saint-Emilion. Se plaît dans les sols argileux. Il produit des vins proches du cabernet-sauvignon, moins charpentés, moins tanniques, mais toutefois à fort potentiel de garde.

- Le cot (ou malbec) : Un des plus anciens cépages du Bordelais, en diminution (1 % des surfaces). Aime les sols calcaires, sensible au gel. Très tannique, il est remplacé par le Merlot qui donne des vins à boire plus rapidement. Très fort potentiel de garde.

- La carmenère : Cépage historique du Médoc, il est en voie de disparition. Fragile, faible rendement, 0,1 % des surfaces noires. Peu tannique, il est réputé pour ses couleurs.

- Le petit verdot : Considéré comme un cépage secondaire, il apporte, surtout les mauvaises années, du corps et de la couleur au vin. Tannique et très foncé.



Les cépages blancs :

- Le sémillon : 55 % de l’encépagement blanc, 70 % des vins moelleux, jusqu'à 90 % dans le Sauternes et le Barsac. Vigoureux et productif, il supporte bien la « pourriture noble ». Faible acidité.

- Le sauvignon : 35 % des blancs, vigoureux, mais sensible aux maladies (oïdium) et peu fertile. Plus vif que le Sémillon, il développe des arômes plus fins et apporte une note d’acidité.

- La muscadelle : 7 % des plantations, débourrage tardif, donc résistant au gel. Elle est utilisée principalement dans les vins blancs secs. Beaucoup d’arômes doux et riches de muscats.

- L’ugni blanc : Majoritairement présent dans le Blayais et le Bourgeais, en Charente pour le Cognac. Donne des vins pâles, secs, acides et peu aromatiques.

- Le colombard : Uniquement dans le Blayais et le Bourgeais, 2 % des blancs. Il donne des vins acides et peu alcoolisés, développant par contre des arômes d’agrumes (citrons, fruits exotiques, pêche) et des senteurs boisées.

- Le merlot blanc : En voie de disparition, moins de 200 ha sont encore cultivés.

- Le mauzac : Originaire de Gaillac. Remplacé, en Bordelais, par le sauvignon blanc plus flatteur.

- L'ondenc : Abandonné suite au phylloxera au profit du sémillon et du sauvignon.



Ne pas confondre « classement et appellation »
La notion de classement n’existe que dans le Bordelais.


Les appellations :

Le vignoble bordelais, un des plus vaste de France en AOC, est très riche en appellations : il en compte 63.

Divisé en cinq « mini » régions : le Médoc, le Graves, l’Entre-deux-Mers, la Rive droite et le Sauternais.

1) Le Médoc : 10 600 ha pour 300 000 hl/an. Exclusivement en rouge. C’est le terroir le plus maritime de la région bordelaise.

Les appellations principales sont : Haut-Médoc, Médoc, Saint-Estèphe, Pauillac, Saint Julien, Listrac-Médoc, Moulis-en-médoc et Margaux.

Le Médoc compte 60 crus dans le classement de 1855. Les cinq premiers grands crus du Médoc sont Château Lafite Rothschild (Pauillac), Château Latour (Pauillac), Château Margaux (Margaux), Château Mouton Rothschild (promu 1er cru à la révision de 1973) et Château Haut-Brion (Pessac-Léognan de la région des Graves).

Haut-Médoc : 4 800 ha pour 220 000 hl/an. Exclusivement en rouge.

6 appellations : Margaux, Moulis, Listrac, Saint-Julien, Pauillac et Saint-Estèphe.

Quelques châteaux : Citran, D’arcins, De Camensac, La Lagune, Larose Trintaudon, Le Meynieu, Mille Roses, Tour du Roc, Victoria.

2) Graves : 5 200 ha pour 240 000 hl/an. 73% de rouge et 27% de blanc (liquoreux compris). Au Sud du Médoc, en dessous de la ville de Bordeaux. Climat chaud et humide propice à une maturation précoce.
Trois AOC : Graves, Graves supérieurs et Pessac-Léognan.

Les appellations principales sont : Barsac, Cérons, Graves, Graves supérieurs, Péssac-Léognan, Sauternes.

Quelques châteaux : Cabannieux, Cadillac, Ferrande, Pape-Clément, etc…

Graves Supérieurs : 340 ha pour 13 500 hl/an. AOC réservée aux vins blancs moelleux.

Pessac-Léognan : 1 500 ha pour 90 000 hl/an. Blancs et rouges confondus. Appellation récente (1987) sur un terroir très ancien. C’est l’appellation de la totalité des grands crus de Graves.

Quelques châteaux : Haut-Brion, Bouscaut, Brown, Carbonnieux, La Louvière, Olivier, Smith-Haut-Lafitte, entre autres.

3) l’Entre-Deux-Mers : 7 000 ha pour 340 000 hl/an, c’est la plus vaste des « mini » régions aux terroirs les plus variés, aux reliefs changeants. Des sols aussi différents que graves, argiles, sables, argile, calcaires. Idéal pour faire aussi bien du vin blanc que du vin rouge, du rosé et des liquoreux (Cadillac)

Les appellations : Bordeaux-Haut-Benauge, Cadillac, Côtes-de-Bordeaux-Saint-Macaire, Entre-deux-Mers, Entre-deux-Mers-Haut-Benauge, Loupiac, Premières-Côtes-de-Bordeaux, Sainte-Croix-du-Mont, Sainte-Foy-Bordeaux.

Quelques châteaux : De Seguin, le Barry, Saint Florin, Latour Camblanes, Marjosse, Turcaud.

4) La Rive Droite : Au Nord de Bordeaux, c’est la rive droite de la Gironde et de la Dordogne (dans le sens terre/mer). Le Pomerol est planté dans des graves, alors que les Saint-Émilion et les Fronsac sont sur des sols argilo-calcaires. C’est le règne du merlot pour les rouges et du cabernet-franc ou du sauvignon pour les blancs.

Les appellations : Blaye Côtes de Bordeaux, Bordeaux-Côtes-de-Francs, Bourg ou Bourgeais, Canon-Fronsac, Castillon-Côtes-de-Bordeaux, Côtes-de-Blaye, Côtes-de-Bourg, Fronsac, Lalande-de-Pomerol, Lussac-Saint-Émilion, Montagne-Saint-Émilion, Pomerol, Premières-Côtes-de-Blaye, Puisseguin-Saint-Émilion, Saint-Émilion , Saint-Émilion Grand Cru, Saint-Georges-Saint-Émilion.

Quelques châteaux : Belle-Colline, Siffle-Merle, De Francs, Puygueraud, Canon Pécresse, Haut Mazeris, Alba, La Croix Lartigue, Brulescecaille, Roc de Cambes, Dalem, Les Trois Croix, Bertineau Saint-Vincent, Pavillon, Bel-Air, De Lussac, Mayne-Blanc, La Couronne, Tour Bayard, Gazin, La Conseillante, Latour, Le Gay, Petrus, Confiance, Pérenne, Clarisse, Soleil, Cheval Blanc, L’Archange, Angélus, Corbin, La Gaffelière, La Grâce de Dieu, La Marzelle, Villemaurine, Saint Georges. (Liste très limitative)

5) Le Sauternais : 2 300 ha pour 35 000 hl/an (Barsac et Sauternes) Au Sud-Ouest de Bordeaux, sur la rive gauche de la Garonne. L’humidité de la rivière favorise le Botrytis cinerea, un champignon à l’origine de la pourriture noble. Petits rendements, vendanges à la main, tri très sélectif. Résultat : des vins rares et exceptionnels.

Les appellations : Barsac, Cérons, Sauternes.

Quelques châteaux : Cantegril, Climens, d’Yquem, Filhot, Guiraud, Rieussec, Suduiraut




En bref : des sols différents, des altitudes multiples, des cépages nombreux et variés, 63 appellations, des classements multiples, du bio, du traditionnel, presque 10 000 vignerons. La première approche peut paraître difficile. Mais rassurez-vous, le plaisir est au bout du chemin et c’est de cette diversité qu’est née la qualité des vins de Bordeaux.







Télécharger le pdf

0 commentaires

il vous reste 500 caractères Publier